LE 8 MARS DES PREMIERES DE CORVEES

Revoir en replay les heures mensuelles d’information syndicale  « Invisibles mais indispensables, le 8 mars des premières de corvées »
sur Facebook et You tube (1ère HIS du 5 février) 
sur Facebook et Youtube (2ème HIS du 2 mars)
et en savoir plus ICI
Retrouver sur cette page les courtes vidéos issues de ces Heures d’Informations Syndicales
8 mars : Sophie Binet pilote du collectif confédéral femmes-mixité
Sophie Binet explique pourquoi il est important de faire grève le 8 mars
8 mars : Rachel Silvera, économiste : 15h40 toujours un quart en moins  !
Rachel Silvera, économiste, à l’Université Paris-Nanterre, nous explique pourquoi les métiers féminisés sont dévalorisés à la fois socialement et financièrement.
Audrey, ATSEM
Audrey, agente spécialisée des écoles maternelles, explique les conditions de travail de ces femmes en première ligne face au Covid : effectifs, pénibilité, épuisement, reconnaissance salariale, etc.
Aziza, aide à domicile
Aziza, aide à domicile, en temps partiel imposé, témoigne de la situation des aides à domicile, salariées en première ligne face au Covid.
Catherine, ingénieure-chercheure
Catherine, ingénieure-chercheure, cadre à EDF dans la R&D, revient sur les discriminations rencontrées en tant que femme. Elle même a été confrontée à la perte d’un poste suite à la prise d’un congé parental.
Patricia, éducatrice
Patricia, éducatrice jeunes enfants, témoigne notamment des combats menés pour faire reconnaître les écarts salariaux au sein de sa profession.
Siham, ouvrière 
Siham, ouvrière à Valéo, équipementier automobile, explique que les femmes occupent souvent les mêmes postes dans son entreprise et les discriminations rencontrées.
Raquel, syndicaliste espagnole
Raquel, syndicaliste espagnole, revient sur le succès du 8 mars 2019 en Espagne, mobilisation historique avec plus de 6 millions de personnes dans la rue !

Anna Gabriel Sabaté, syndicaliste suisse :
Nous avons également eu la chance d’accueillir Anna Gabriel, syndicaliste Suisse, qui nous parle des fortes mobilisations féministes dans son pays.

Malika Belarbi, aide-soignante
Malika, aide soignante témoigne des conditions de travail difficile d’un métier majoritairement exercé par les femmes.
Ana Fernandes, aide à domicile
Ana, explique que les aides à domicile sont majoritairement à temps partiel. Les aides à domicile prennent conscience avec la crise covid qu’elles exercent un travail essentiel. Elles demandent une revalorisation des salaires. Dans le Loir et Cher, elles étaient en grève depuis le 21 Décembre et étaient  mobilisées le 8 mars
Julien, cheminot, s’engage le 8 mars ! 
Pour Julien, il est évident que les hommes se doivent d’être féministes et remettre en question la place qu’ils occupent au travail comme dans la sphère privée.
Malika Gaudel, Professeure des école 
Charge de travail et responsabilité sont le quotidien des femmes enseignantes qui représentent 80% des effectifs avec un salaire sous-évalué.
Sylvie Vachoux, hôtesse de caisse 
Sylvie est en grève le 8 mars pour témoigner du travail des hôtesses de caisse qui, pendant le premier confinement ont travaillé sans protection. Elle fait grève en mémoire d’Aicha caissière décédée des suites de la covid-19.
Laura Jovignot, hôtesse d’accueil 
Laura est hôtesse depuis l’âge de 16 ans, elle a créé un collectif d’hôtesses d’accueil « PasTaPotiche » qui lutte contre les comportements sexistes et les contrats précaires que subissent les hôtesses. Elle était en grève le 8 mars !
Marie, infirmière, s’engage le 8 mars !
Marie, infirmière au CHU de Toulouse revient sur la situation salariale des infirmières, ces femmes en premières lignes face au Covid.
Conclusion de Sophie Binet, pilote du collectif confédéral femmes-mixité
MERCI A TOUTES ET TOUS!!!